Manon Lepomme, Non, je n'irai pas chez le psy ! - On a passé un bon moment ! 

 
 

Jouer une heure dix en face d'un merveilleux au chocolat sans pouvoir le manger, voilà le défi que doit relever Manon Lepomme durant son spectacle.

Au cours de son one-woman-show, la Belge de 28 ans aborde sa gourmandise maladive, son ancien métier de professeur d'anglais et réussit même à nous faire rire sur un sujet difficile, la maladie d'Azheimer de ses grand-parents.

Manon adore pleurer, parfois même elle n'hésite pas à inventer des situations dramatiques afin de provoquer ses larmes.

Mais la jeune fille n'est pas folle, non, et elle n'ira pas voir de psychologue ! Sous ses airs autoritaires et sous son apparence extra-extravertie, se cache une jeune femme sensible.

N'hésitez plus et venez découvrir son spectacle !

Jusqu'au 30 juillet à 17h. Tarifs : 10/12/17€. Informations et réservations au 04 90 85 97 13.

 

Manon Lepomme, seule en chaise au Festival d'Avignon ! 

Manon Lepomme - Certifiée 100% belge et drôle 

La Liégeoise Manon Lepomme au Festival d'Avignon

La Liégeoise Manon Lepomme au Festival d'Avignon - © Tous droits réservés

 

C’est là que le monde du théâtre se retrouve en juillet: à Avignon bien sûr, "the place to be" pour vendre ses spectacles. Et il y a des Liégeois. Parmi eux, Manon Lepomme.

La jeune humoriste cartonne dans le petit café-théâtre de la Tâche d'encre, avec son spectacle : "Non, je n'irai pas chez le psy". Manon Lepomme qui joue ... la jambe dans le plâtre.

Pour le coup, Manon Lepomme troque donc le "seul en scène" pour un "seul en chaise", car les béquilles, ce n'est pas pratique pour jouer: "Les gens sont persuadés que c'est un faux" explique la comédienne avec humour. "C'est dans la mise en scène? Vous l'enlevez quand c'est fini?" lui demande-t-on.

Dans son spectacle, Manon Lepomme parle de la vie, des malheurs, comme des bonheurs: "Ce n'est pas faire de la vanne pour faire de la vanne. Le but, ce n'est pas que les gens rient toutes les 30 secondes. C'est un regard sur le monde, couronné par le rire. La guérison, c'est le rire".

Tout de suite identifiée comme Belge quand elle approche en rue les festivaliers, elle en joue parce qu'elle en est fière: "On s'est foutu de notre gueule pendant 30 ans. Maintenant, les Français veulent des Belges, parce qu'on a un côté 'no limit', parce que c'est l'autodérision. Je vais pas spolier mais moi je me mange un merveilleux tous les jours sur scène, ben je le mange quoi!".

Manon Lepomme a déjà été repérée par des programmateurs depuis quelques jours, des contrats de tournées se signeront. Pour elle, Avignon, son festival, c'est une vitrine ... dans la jungle: "Il y a très peu d'occasions où on peut jouer son spectacle 24 fois d'affilée. Voilà pourquoi Avignon. Pour la visibilité, pour l'expérience, pour le jeu, et puis, à Avignon, tout est possible, j'en suis la preuve vivante je pense avec ce plâtre".

Si vous passez par Avignon, sachez que Manon Lepomme y joue jusqu'au 30 juillet.